Ankara réagit contre « l’interprétation subjective de l’histoire par Trump concernant 1915 »

La Turquie a dit attendre de l’administration américaine qu’elle évalue avec une approche plus juste cette période où toutes les nations de l’Empire ottoman ont vécu de grandes souffrances.

Ankara réagit contre « l’interprétation subjective de l’histoire par Trump concernant 1915 »

« Nous rejetons les expressions erronées et l'interprétation subjective de l'histoire dans la déclaration écrite de M. Donald Trump, président des États-Unis, publiée le 24 avril 2018 au sujet des événements de 1915 » a écrit le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

La Turquie a dit attendre de l’administration américaine qu’elle évalue avec une approche plus juste cette période où toutes les nations de l’Empire ottoman ont vécu de grandes souffrances.

« Dans ce cadre, nous rappelons au président Trump qu'au cours de la même période, plus de 500.000 musulmans ont été massacrés à la suite des événements auxquels ont pris part les rebelles arméniens. La Turquie continue de proposer la création d'une Commission historique conjointe afin de mettre la lumière sur cette période douloureuse de l'histoire, et a ainsi ouvert ses archives aux chercheurs » poursuit le communiqué.

« D'autre part, les Arméniens ottomans qui ont perdu la vie dans les conditions découlant de la Première Guerre mondiale ont été commémorés cette année encore le 24 avril lors d'une cérémonie tenue au Patriarcat arménien d'Istanbul conformément au respect qu'ils méritent et à l’amitié de 800 ans entre Turcs et Arméniens. » souligne le ministère.

Ankara recommande à l'administration américaine d'étudier le message du président turc Recep Tayyip Erdoğan du 24 avril 2018 adressé aux descendants des Arméniens ottomans, et reflétant l'approche de la Turquie sur cette question sensible.  « Outre tous ces points, nous pensons que la déclaration faite par le président des États-Unis doit être conforme aux normes juridiques internationales et ne doit pas se référer à des allégations de génocide sans fondement » conclut le ministère.

 



SUR LE MEME SUJET