Le Tadjikistan, pays d’Eurasie doté d’une importance stratégique (étude)

Etude de Cemil Dogac Ipek, Docteur en Relations internationales à l’université Ataturk

Le Tadjikistan, pays d’Eurasie doté d’une importance stratégique (étude)

          Le Tadjikistan est un pays important d’Eurasie. Le Tadjikistan a maintenu ses relations avec la Turquie à un niveau restreint de 1991, date de la proclamation de son indépendance jusqu’à nos jours, bien qu’il soit étroitement lié au monde turcophone. Les relations n’ont pas pu être tissées au niveau souhaité en raison des conditions économiques du Tadjikistan, de la guerre civile qui a sévi dans le pays et des très étroites relations du Tadjikistan avec la Russie et notamment l’Iran. Néanmoins, d’importantes avancées ont été enregistrées dans les relations par rapport à leurs débuts.

          La Turquie a reconnu l’indépendance du Tadjikistan le 16 décembre 1991. Les relations diplomatiques ont été créées le 29 janvier 1992. L’ambassade de la Turquie à Douchanbé a ouvert le 4 août 1992 et l’ambassade du Tadjikistan à Ankara le 16 octobre 1995. L’ambassade de la Turquie à Douchanbé était toujours en fonction pendant la guerre civile qui a sévi au Tadjikistan entre 1992 et 1997.

          En politique étrangère, l’Iran revêt une grande importance pour le Tadjikistan en raison de la langue commune. Par conséquent, il est question d’une étroite coopération entre le Tadjikistan et l’Iran dans le domaine commercial mais aussi éducatif et culturel. La République de Turquie a accueilli un nombre important d’étudiants tadjiks en enseignement supérieur à partir de 1992-1993 dans le cadre du grand projet des étudiants.

          Membre de la Communauté économique eurasiatique et de l’Organisation de coopération de Shanghai, le Tadjikistan développe également ses relations avec l’Union européenne depuis quelques années. Une part importante des projets et subventions européennes destinées à l’Asie centrale revient au Tadjikistan. Les pactes signés entre l’UE et le Tadjikistan prévoient de développer la sécurité sociale, la santé et le secteur privé.

          Le Tadjikistan possède des ressources naturelles mais a du mal à les extraire en raison de sa géographie montagneuse. L’agriculture est également difficilement exercée en raison des contraintes découlant de la structure géographique du pays. D’autre part, le Tadjikistan rencontre des problèmes au niveau de l’emploi.

          L’augmentation du nombre et des initiatives des entreprises turques au Tadjikistan qui rencontre des problèmes sociaux et économiques, permet de dynamiser l’économie tadjike. En effet, plusieurs projets ont été lancés au Tadjikistan en vue d’une privatisation depuis quelques années, suscitant un intérêt des entreprises turques. Leur activité dans ce domaine est à l’intérêt réciproque du Tadjikistan et de la Turquie. Depuis quelques années, les relations économiques et politiques ont progressé de manière significative entre les deux pays. Les relations entre la Turquie et le Tadjikistan s’élèvent sur un héritage culturel ancré comprenant notamment de grands penseurs comme Mevlana. Les deux pays ont aujourd’hui la forte volonté de développer leurs relations dans tous les domaines.

          Dans ce cadre, le président tadjike, Emomali Rahmon a signé lors de sa visite en République de Turquie le 18 décembre 2012, la « Déclaration commune sur la création d’un conseil de coopération entre la Turquie et le Tadjikistan » afin de donner un fondement institutionnel aux relations.

          A l’occasion de la visite du chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu au Tadjikistan le 21 octobre 2016, un « Plan de coopération comprenant les années 2017 à 2020 » a été signé entre les ministères des Affaires étrangères turc et tadjik. Mevlut Cavusoglu a été reçu le 21 octobre 2016, par le président tadjik Emomali Rahmon, avant de rencontrer son homologue tadjik Sirodjidin Aslov. L’un des points importants de cette visite est le fait que ce soit la première visite au niveau des ministres des Affaires étrangères après huit ans d’intervalle. D’autre part, le coprésident de la Commission économique mixte (KEK) de l’époque, le vice-Premier ministre Yildirim Tugrul Turkes a réalisé une visite à Douchanbé du 15 au 17 février 2017 à l’occasion de la 9e réunion périodique de la Commission. En plus de ces développements, les deux pays ont une étroite coopération dans le secteur des transports, les deux pays font partie de projets importants pour les transports ferroviaires et routiers. Un renforcement de la coopération dans ce domaine peut être attendu pour la prochaine période par les deux pays qui ont un rôle complémentaire dans les réseaux de connexion régionale.

          Les relations commerciales se sont renforcées ces derniers temps. Selon les statistiques, la Turquie est le quatrième partenaire commercial du Tadjikistan et le volume des échanges commerciaux était de 655 millions de dollars en 2013. Les entreprises turques actives au Tadjikistan réalisent des investissements directs d’une valeur totale de 50 millions de dollars. En plus de tous ces développements, l’Agence turque de développement et de coopération (TIKA) poursuit ses programmes d’investissement et d’aide au Tadjikistan. La continuation des relations turco-tadjikes selon un plan déterminé, contribuera à leur consolidation.

          Par ailleurs, la Turquie et le Tadjikistan sont solidaires dans le cadre de candidature à des organisations internationales et en étroite coopération au sein d’organismes tels que les Nations unies, l’Organisation de la coopération islamique et l’Organisation de la coopération économique.



SUR LE MEME SUJET