Kalin: Ankara évaluera l'offre faite par Washington au sujet de la crise des visas

Lier les développements judiciaires à la question du visa et à la sécurité du personnel de l'ambassade, est incompréhensible, selon Ibrahim Kalin

Kalin: Ankara évaluera l'offre faite par Washington au sujet de la crise des visas

Ankara évaluera l'offre faite par Washington au sujet de la crise des visas, a déclaré, jeudi, le porte-parole de la Présidence de la République de Turquie, Ibrahim Kalin.

Le porte-parole s'exprimait à l'issue de la Conférence des Secteurs d'avenir de l'Association des Industriels et Hommes d'Affaires Indépendants (MUSIAD), jeudi, à Istanbul.

Il a commenté les relations avec les États-Unis, après la crise des visas.

Kalin a rappelé que l'ambassade des États-Unis à Ankara a décidé de suspendre l'octroi de visa aux ressortissants turcs, à l'exception des immigrants, sous prétexte de "gêne à l'égard des processus judiciaires en cours en Turquie".

Insistant sur le fait que la justice turque est indépendante, Kalin a affirmé que la réaction est disproportionnée, étant donné que «les personnes poursuivies en justice ne sont même pas des citoyens américains». 

"Lier ces développements à la question des visas et à la sécurité du personnel de l'ambassade, est incompréhensible", a-t-il déclaré.

"Ils essaient de répliquer aux démarches. Notre ministre des Affaires étrangères, M. Cavusoglu s'est entretenu avec son homologue américain. Nous avons reçu une offre de la partie américaine au sujet de la résolution de la crise des visas et nous évaluerons cela de manière détaillée conformément aux instructions du président Recep Tayyip Erdogan", a encore dit Kalin. 

Pour Kalin, la question est facile à résoudre, compte tenu du fait que la justice turque est indépendante.

Il a souligné que c'est à la justice turque, seule, de décider de la suite à donner.

«Les États-Unis et les autres pays doivent respecter le processus judiciaire en Turquie, a-t-il poursuivi.

"Un pays où des ressortissants turcs sont arrêtés et poursuivis en justice, nous évoque l'indépendance de son système judiciaire. Le système judiciaire est indépendant en Turquie aussi", a-t-il relevé.

"Des procureurs décident. Des enquêtes se poursuivent. Ils [ces pays et les États-Unis] doivent évaluer la situation du point de vue de l'indépendance du système judiciaire et de la suprématie du droit", a insisté Kalin.

Kalin a formulé l'espoir de voir les États-Unis renoncer à leur approche de revanche et adopter une approche constructive, dans le cadre du respect du droit et des règles de diplomatie.

Le porte-parole a rappelé que son pays est le seul membre de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) qui mène une lutte simultanée contre trois organisations terroristes, à savoir le PKK, Daech et FETO.

Il a regretté le niveau de soutien qui demeure «insatisfaisant», est «c'est pourquoi plusieurs attentats terroristes ont été commis».

Ainsi, il a appelé les pays amis et alliés de la Turquie à déployer davantage d'effort pour la soutenir concrètement dans la lutte antiterroriste.

Interrogé sur l'opération menée à Idlib, en Syrie, Kalin a indiqué que "la mission de reconnaissance se poursuit. Nos soldats assureront le contrôle de la zone de désescalade par la suite".

Abordant la question du référendum illégitime organisé dans le District du Nord de l'Irak, le porte-parole a réitéré l'appel lancé par Ankara, qui consiste à «revenir sur cette erreur pour ne pas perdre les acquis actuels».

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET