Des scientifiques rêvent d'une "loi météorite" en Turquie

Selon le scientifique turc Unsalan, il faut déterminer si ces corps solides qui atteignent la planète sont plutôt à classer comme patrimoines culturels, patrimoines naturels ou entités minières seulement

Des scientifiques rêvent d'une "loi météorite" en Turquie

Les recherches scientifiques portant sur les météorites sont devenues si importante que les scientifiques turcs rêvent qu'une «loi météorite» soit adoptée en Turquie.

Enseignant au département de physique à l'Université d'Ege (province turque d'Izmir, Ouest), et directeur du projet «Systèmes de Surveillance de Météores de Turquie», le docteur Ozan Unsalan a noté la nécessité d'adopter une loi sur la protection de ces pièces.

Interviewé par Anadolu, Unsalan a ainsi souligné l'importance des météorites dans les recherches scientifiques, insistant qu'il ne faut surtout pas les toucher à mains nues.

« Il faut les collecter, les couvrir de feuille d'aluminium et surtout ne pas les endommager afin de pouvoir mener des recherches », d'après Unsalan.

Le scientifique a précisé que des lois sur les météorites ont déjà été adoptées dans plusieurs pays du monde.

En Australie, la loi prévoit que les météorites soient délivrés aux musées d'État, les charges étant payés par l'État lui-même, renseigne le scientifique.

Au Canada, les météorites appartiennent au propriétaire de la zone dans laquelle elles sont retrouvées et peuvent être vendues.

L’exportation et l'importation de météorites doivent faire l’objet d’une autorisation étatique au Danemark, les météorites y étant considérées comme propriétés d'État, poursuit-il.

En Inde, les météorites retrouvées appartiennent au département de Recherches de Géologie tandis qu’au Japon, les météorites appartiennent à celui qui les retrouvent, explique Unsalan.

Le scientifique ajoute qu’en Suisse les météorites appartiennent à l'État qui paie à la personne qui les retrouve, une certaine somme d'argent.

«Aux États-Unis d'Amérique, les météorites appartiennent soit au propriétaire de la zone où elles sont tombées, soit à l’Etat si elles sont retrouvées dans une zone du gouvernement fédéral. Dans ce dernier cas, elles sont saisies par le ministère de l'Intérieur, ou par l'Institut Smithsonian», ajoute le scientifique turc.

Pour le docteur, il faudrait donc en faire autant en Turquie en adoptant rapidement une loi concernant les météorites.

«Les pays qui mènent des études sur les météorites, disposent de réglementations relatives à la question, mais il n'y en a pas chez nous, a-t-il regretté. Il est important de déterminer la catégorie de ces pièces. Sont-elles des patrimoines culturels, des patrimoines naturels ou des entités minières ? Nous aimerions qu'elles soient, au moins, considérées comme faisant partie du patrimoine culturel ou naturel.»


Selon Unsalan, lorsque des météorites atteignent la planète, la zone doit être mise sous protection par les autorités, et des scientifiques experts doivent s'y rendre.

«Les pièces doivent être pesées une par une, et leurs coordonnées doivent être repérées et enregistrées à l'aide de GPS . Elles doivent être recensées comme des patrimoines culturels. La plupart des météorites retrouvées doivent être données aux scientifiques pour que ceux-ci mènent des recherches, une partie doit être transférée à des musées dans la région, et ce qui reste devrait être placé dans un musée central pour les curieux.» estime le scientifique. 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET